Affronter sa peur pour grandir

par | Mieux se connaître | 0 commentaires

Programme hybride qui mixe présentiel et distanciel, la formation Devenir Praticien Cuisine Thérapie© permet de s’approprier toutes les clés pour animer des ateliers auprès du grand public.

Pour évaluer leur posture, l’équipe pédagogique veille à ce que les stagiaires en cours de formation se mettent en situation d’animer un « atelier test » puis renvoient une autoévaluation pour parler de leur expérience en toute objectivité.

Le but de cette mise en situation ?

Au-delà des apprentissages pratiques en termes de savoir-faire et savoir-être, il s’agit surtout de permettre aux Praticiens en cours de formation de constater qu’ils ont DEJA une bonne partie des ressources ad hoc, et en particulier la posture de l’aidant 😊

Nombreux sont ceux qui ont peur de se lancer et appréhendent de sauter à l’eau….

Pour les accompagner le mieux possible, nous avons à cœur de leur rappeler que :

1/ Il est essentiel de se fixer une date.

Vous avez déjà dû l’entendre, « la différence entre un rêve et un projet, c’est une date » !

C’est en effet parce qu’on matérialise une envie avec un jalon dans le temps et qu’on décide de s’y tenir que les choses peuvent se concrétiser.

C’est le premier pas qui nous met en chemin vers notre objectif !

2/ C’est très important de s’engager vis-à-vis d’un tiers….

La date qu’on vient de poser a d’autant plus de poids qu’on l’a annoncée à quelqu’un de son entourage, une personne qui jouera le rôle de témoin….

Et nous aidera à tenir notre engagement !

3/ Au-delà de la date, il est bien sûr utile de découper le projet en plusieurs tâches…

… et de faire un rétroplanning pour avoir une idée claire de comment les choses avancent et éviter la procrastination.

4/ C’est indispensable également d’écouter ses besoins.

En l’occurrence, les Marraines et moi-même invitons les Praticiens à s’interroger sur le type de « cobayes » qu’ils vont solliciter pour cet atelier test : se sentiront-ils plus en sécurité avec des personnes de leur entourage proche ou avec des personnes moins connues pour se lancer ?

Evidemment, il n’y a pas de bonne réponse à cette question, c’est à chacun de faire en fonction de son ressenti personnel.

5/ Et enfin, c’est essentiel de célébrer ses victoires…

… pour mesurer le chemin parcouru et de noter les compliments reçus pour les ancrer et s’en souvenir dans le temps.

Malgré la peur, tous se jettent à l’eau à un moment ou à un autre (cet atelier test a lieu en général vers la fin de leur parcours, mais charge à chacun des apprenants de décider quand c’est le bon moment pour lui / elle).

Et tous découvrent avec étonnement à quel point ils se sentent à l’aise dans cet exercice, ancrés, alignés et parfaitement à leur place. Une vraie métamorphose !

Je ne résiste pas d’ailleurs à vous partager le retour d’une des Praticiennes suite à son premier atelier test :

« Je me suis sentie complètement à ma place, à l’aise et en confiance dans mes propositions.

Tout s’est bien déroulé, et malgré les quelques maladresses et omissions, les retours ont été tellement positifs et gratifiants – voire au-delà de ce que j’aurais pu espérer – que j’en suis ressortie encore plus bluffée que jamais par la puissance de l’outil que je savais pourtant « waouh ».

Je ne doute plus que mes compétences permettront d’offrir un accompagnement de qualité. »

Inutile de vous dire que ces retours nous remplissent de fierté et de gratitude pour les transformations qui s’opèrent, jour après jour, au sein de notre École.

Je serai curieuse de savoir comment tout cela résonne pour vous ?

Avez déjà vécu une grosse appréhension à faire quelque chose de nouveau pour finalement découvrir à quel point c’était fluide et à quel point vous vous sentiez à votre place ? Racontez-moi !

Praticien Cuisine Thérapie :

10 questions pour savoir si ce métier est fait pour moi

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *