cuisiner entre collègues - cohésion - teambuilding

Cuisiner avec des collègues pour mieux les connaître et mieux travailler ensemble

En direct des ateliers

Cuisine et esprit d’équipe

Un séminaire d’équipe particulièrement riche s’est tenu à St Etienne vendredi dernier. Dix personnes, toutes issues d’une équipe opérationnelle, ont expérimenté les bienfaits de la cuisine créative, qui allie plaisir et liberté aux fourneaux. A la clef : une prise de conscience sur le fait que la cuisine permet de se découvrir et de découvrir ses collègues différemment, tout en insufflant une dynamique solidaire, ludique et conviviale !

Cette activité de teambuilding a pu s’avérer déroutante pour certains, au démarrage au moins : sans recette à suivre, sans cadre à respecter strictement si ce n’est une contrainte horaire somme toute assez souple et un thème d’improvisation culinaire, certains participants ont trouvé vertigineux que rien ne soit imposé. Avant de conclure rapidement que « quand on n’a pas de cadre, on peut y arriver aussi ! ». L’enthousiasme a clairement prédominé pendant toute la journée, ainsi que l’envie de coopérer sur un projet commun. Preuve s’il en était besoin qu’une activité ludique et conviviale qui exclut la pression et toute forme de compétition peut aussi être efficace et solidifier la bonne humeur et l’esprit d’équipe.

Cuisine et démocratie

Evidemment, cuisiner à dix (et partager des gestes du quotidien) nécessite un tant soit peu d’organisation et de coopération. Les participants ont d’ailleurs avoué « avoir inconsciemment mis en œuvre une gestion de projet : on a élaboré un plan d’actions, on s’est réparti les tâches, cela s’est fait naturellement, il n’y avait pas de leader ». Cette activité leur a permis de réaliser qu’on est finalement en cuisine comme on est au travail et que la cuisine  révèle beaucoup de choses sur les fonctionnements individuels comme collectifs. Certaines personnes se sont avérées fonceuses, d’autres avait une vision orientée sur le résultat, d’autres encore étaient à l’écoute ou cherchaient à structurer la démarche. Bref chacun était différent, avec ses propres spécificités et la répartition des tâches s’est faite de façon fluide et spontanée, en fonction des talents et des appétences de chacun, et selon un processus démocratique ! Personne ne s’est senti en retrait ou sur la touche.

Il a notamment été très touchant d’observer la solidarité et l’entraide dont chacun a fait preuve pendant les activités culinaires. Ce qu’un participant résume par « tout le monde a été au service des autres, on s’est fait mutuellement confiance et on s’est adapté en donnant spontanément le meilleur de soi-même ». Cette solidarité est d’autant plus surprenante que l’équipe en question ne vivait apparemment pas les choses de façon aussi fluide dans le quotidien du travail, certaines tensions voire certains clans pouvant exister au sein de l’équipe. Cette activité en cuisine a permis non seulement de prendre conscience des complémentarités, des richesses et des talents de chacun mais aussi de réaliser que « finalement, l’équipe est soudée et solidaire, et qu’il suffit parfois de prendre le temps pour s’en rendre compte ».

Facteurs clés de succès

Lorsqu’on leur demande pourquoi cela a bien fonctionné, ils sont nombreux à répondre qu’ils étaient « tous sur un même pied d’égalité, personne n’a rien imposé, on a pu exprimer notre avis, notre personnalité, on a fait attention aux uns aux autres ». Autre point clé, ils avaient un objectif commun (préparer le déjeuner) qui, contrairement à ce qu’il peut se passer dans leur quotidien, prenait le pas sur les objectifs individuels et favorisait l’esprit d’équipe. Enfin ils ont salué le fait que le résultat était tangible, concret et mesurable rapidement (par les papilles notamment). Ils ont ainsi vraiment eu la sensation de co-construire ensemble un projet et ils ont unanimement été surpris par le résultat (beau et bon), par la créativité, par la rapidité d’exécution et la capacité d’adaptation de chacun.

Cette activité en cuisine, par le détour ludique et créatif qu’elle a entraîné, a donc été l’occasion d’identifier les facteurs clés de succès dans le fonctionnement de l’équipe. Elle a sans doute enclenché une autre façon de travailler ensemble qui peut préfigurer une autre manière de se considérer et de se regarder au quotidien. Elle a aussi permis de prendre conscience de l’importance des feedbacks (en recevoir comme en donner, de la façon la plus authentique possible) tant l’accent a été mis tout au long de la journée sur les séquences de debrief. Il ne s’agissait en effet pas seulement de passer un moment convivial ensemble, mais aussi (surtout ?) de mettre des mots sur ce que chacun avait fait et vécu, d’inviter chacun à prendre un moment pour soi pour incorporer ce qu’il s’était passé et échanger avec les autres. Souvent assimilé à une perte de temps, ces moments de retrait en soi puis de partage avec les collègues sont pourtant essentiels pour réinjecter de l’humain, des sourires, des gestes simples et bienveillants et garantir plus de sérénité au travail. Et quand on sait que la qualité de vie au travail (le fait que les salariés s’épanouissent dans leur job) est directement corrélée à la performance de l’entreprise, chiffres à l’appui qui plus est, il n’y a pas à hésiter !

Le début de la suite !

Parenthèse qui a permis de prendre du recul par rapport à la pression et aux tensions, ce séminaire Papilles Créatives a manifestement été une journée constructive pour la cohésion d’équipe et une trêve apaisante pour l’ensemble des participants. Evidemment, nous ne vivons pas dans un monde de Bisounours et nous n’avons pas de baguette magique ! C’est maintenant à l’équipe et à son manager d’inscrire cette démarche dans la continuité, de lui donner corps afin de traduire au quotidien la dynamique du groupe. Consciente de ses ressources, l’équipe a maintenant toutes les clés en main pour poursuivre sur cette lancée. « C’est le point de départ de quelque chose » est d’ailleurs leur conclusion à l’issue de la journée ! Côté animateurs, cela nécessite une bonne dose de lâcher prise pour accepter de considérer que notre rôle s’arrête là et que l’autonomie de l’équipe fera le reste. Et quelle belle leçon d’humilité somme toute !

Interroger sa relation à la cuisine pour mieux se connaître ?

Cuisiner, un acte banal ? Peut-être mais aussi une occasion de mieux se connaître !