La Cuisine Thérapie©, une alternative au psy ?

par | Mieux se connaître | 0 commentaires

’ai eu le plaisir d’interviewer Sara Mastronodato, une de nos Praticiennes certifiées, au sujet de la Cuisine Thérapie©, et plus particulièrement de l’alternative que cette méthode offre en comparaison d’un suivi thérapeutique plus traditionnel.

L’envie de questionner Sara m’est venue suite à son premier atelier découverte de la Cuisine Thérapie© fin 2020, une expérience que tout élève de la formation « Devenir praticien Cuisine Thérapie©” est amené à vivre au début de son parcours.

Sara, qui venait de découvrir la méthode de l’intérieur, m’a alors confié : « Moi qui ai fait tant de thérapies depuis que je suis adolescente, c’est la première fois que je prends réellement conscience de certaines de mes failles, de certains mécanismes qui me bloquent. C’est bouleversant. »

Ces mots m’ont surprise et me sont allés droit au cœur car ils sont réellement porteurs d’espoir : si si le fait d’aller voir un psy est encore difficile pour certains, la Cuisine Thérapie© représente une formidable opportunité pour entamer ce chemin !

Sans plus tarder, je vous propose donc de découvrir le magnifique témoignage de Sara.

Si vous préférez lire, rendez-vous sous la vidéo.

https://youtu.be/anZ6sZiz2MQ

Emmanuelle : Qu’est-ce qu’il y avait de si bouleversant dans cet atelier Sara ? Est-ce que tu t’en souviens ?

Sara : C’est vrai qu’en me lançant dans la Cuisine Thérapie©, je n’avais pas imaginé que l’effet aurait été aussi fort. 

J’étais confrontée à une grande dualité à cette période-là, ne sachant pas quelle voie professionnelle choisir… J’étais partagée entre mon cœur, mes envies profondes et mon mental, ce que la société attendait de moi, ce que moi je m’infligeais… Mes injonctions en fait.

Lors de l’atelier, ma création m’a clairement montré qu’il fallait que je suive mon cœur. Le fait de voir sous mes yeux l’évidence, presque de la toucher, cela m’a vraiment permis de pouvoir avancer sur cela…

Emmanuelle : Génial ! Si je me souviens bien, ce qui avait été très fort dans cet atelier, c’était de te sentir batailler dans cette création, un peu écartelée entre deux décisions.

Une qui était dictée par la conformité par rapport à des attentes qu’on pouvait avoir de toi et une autre, une petite voix qui se faisait de plus en plus insistante sur le fait que tu devais écouter ton cœur.

Et cela se voyait cette espèce de dualité, finalement, dans ta création à ce moment-là. C’était un joli moment.

Sara : Oui, complètement.

Emmanuelle : Tu avais déjà une longue expérience de la psychothérapie “classique”. Peut-être que tu peux nous en dire un petit peu plus sur ce qui s’est passé ce jour-là ?

Sara : Effectivement, j’ai fait six à sept ans environ de psychothérapie où j’avais un suivi très régulier, quelque chose d’assez conséquent. 

En fait, j’ai toujours été quelqu’un de très analytique, à essayer de comprendre le pourquoi des choses et je n’arrivais pas à avancer.

En découvrant la Cuisine Thérapie©, je me suis rendue compte que le mental pouvait enfin lâcher. En fait, il n’avait plus autant de place parce que c’étaient mes mains qui créaient, c’était mon cœur qui parlait. 

Je pense que l’aspect psycho-corporel de la Cuisine Thérapie© est vraiment un gros point positif de cette pratique-là.

Emmanuelle : Et tu me disais même que c’est ta psychothérapeute de l’époque qui t’avait laissée comprendre qu’il y avait peut-être une limite que vous aviez atteinte toutes les deux dans votre travail. C’est cela ?

Sara : Oui, complètement. En fait, elle s’était elle-même rendue compte qu’on avait fait le tour. On avait creusé tout ce qu’il y avait à creuser avec le langage. 

Il fallait désormais que j’aille m’aventurer sur d’autres routes de thérapies complémentaires pour continuer à m’exprimer, mais autrement que par les mots. C’est elle qui m’a conseillée de me tourner vers des thérapies psycho-corporelles.

Emmanuelle : Évidemment, cela me parle beaucoup parce que tu n’es pas sans savoir qu’en Cuisine Thérapie©, on fait appel à trois leviers importants.

Le levier cognitif, bien sûr, dans tout ce qui est verbal, mentalisation, cérébral, etc…

Le volet émotionnel, avec le fait d’être en capacité de se connecter avec des émotions. 

Puis, le volet corporel puisque grâce à l’improvisation culinaire, grâce aux cinq sens, on va habiter son corps et aller exprimer des choses avec lui. 

Sara : exactement, et la Cuisine Thérapie© peut amener des personnes qui auraient été complètement réfractaires à l’idée d’aller voir un psy à démarrer un travail sur elles-mêmes… l’air de rien.

Emmanuelle : c’est tout à fait juste…. la Cuisine Thérapie© ne fait pas peur, on se dit que c’est uniquement une improvisation avec quelques ingrédients, on baisse la garde…. et c’est là que la magie opère !.

Sara : Oui, complètement. Moi, ce que j’aime bien avec cet outil-là, c’est l’aspect ludique. C’est vraiment accessible à tout le monde, à son rythme.

Emmanuelle : Très juste ! Et il y a un côté anodin avec la Cuisine Thérapie©, c’est-à-dire qu’ on y va sans se rendre compte !

Parce que cela nécessite juste de cuisiner ou plutôt d’assembler quelques ingrédients ; on ne demande pas à la personne de se raconter mais de jouer avec sa créativité, de s’exprimer avec des ingrédients. 

D’ailleurs, je le dis souvent : l’art thérapie et a fortiori la Cuisine Thérapie©, c’est la stratégie du détour pour aider la personne à aller explorer des choses de soi. 

Sara : Complètement !

Emmanuelle : Tu le dis Sara, la Cuisine Thérapie© est une alternative au psy… mais c’est important d’avoir en tête qu’elle ne peut pas tout régler !

Il y a des moments où la psychothérapie, ou voir un psychiatre ou un psychanalyste, va être indispensable pour certaines personnes qui ont vécu des traumatismes, des choses vraiment très lourdes. Là, il faut être accompagné par un professionnel de la relation d’aide expérimenté. 

Pour autant, exactement comme tu l’évoquais, la Cuisine Thérapie© peut être un détour  pour certaines personnes, une alternative intéressante.

Du coup, Sara, qui sont, selon toi, les personnes qui ont le plus à bénéficier d’un atelier de Cuisine Thérapie© ?

Sara : Je suis convaincue que tout le monde peut être la cible de la Cuisine Thérapie©, et plus particulièrement les personnes qui ont tendance à être un peu trop dans le contrôle ou à vouloir tout comprendre. 

Emmanuelle : C’est très juste. Parce que le simple fait de se mettre en mouvement et d’être dans le corps va permettre de contourner le cerveau.

Quand je me formais à l’art thérapie, j’ai commencé ma formation à une période de ma vie très noire. Et le premier cours d’art thérapie a été un jour difficile pour moi.

Je me souviens qu’on avait fait des exercices dans le corps : de relaxation, d’ancrage… et qu’à ces moments-là, je ne pensais plus du tout au côté noir de ma situation.

La professeur nous avait dit : « On ne peut pas être à la fois dans le corps et dans la tête, il faut choisir. C’est soit l’un, soit l’autre. » 

Or je ne l’avais jamais verbalisé comme cela… De temps en temps, cela peut être presque simultané, tellement cela va vite qu’on bascule de l’un à l’autre. 

Mais, à ce moment-là j’ai pris conscience du fait qu’on est obligé de lâcher le mental si on est ancré dans l’instant présent. C’est cela qui est impressionnant. 

Sara, avant de terminer cette interview, est-ce que tu vois quelque chose à rajouter sur le fait que la Cuisine Thérapie© peut être une alternative au psy ?

Sara : Je pense qu’on se dirige vraiment vers une nouvelle ère du bien-être des personnes. À mon avis, c’est vraiment primordial de faire connaître ces nouvelles thérapies qui existent.

Ce n’est pas si nouveau que cela. Elles sont moins connues que les thérapies traditionnelles mais ne sont pas pour autant des concurrentes ! Elles représentent des alternatives, et des aides complémentaires. 

Je pense qu’il y a intérêt à les faire découvrir. J’en suis convaincue.

Emmanuelle : Merci beaucoup d’avoir positionné les choses là-dessus.

Effectivement, la Cuisine Thérapie© n’est en rien concurrente des thérapies classiques : elle est vraiment complémentaire. C’est le mot le plus juste qu’on puisse trouver !

Merci Sara pour cette interview très inspirante !

Pour en savoir plus sur Sara, n’hésitez pas à la contacter en direct : sara.mastrodonato@hotmail.com

Praticien Cuisine Thérapie :

10 questions pour savoir si ce métier est fait pour moi

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.