Une envie soudaine de viande ?

Tout bien ressenti

Je ne suis pas une grosse amatrice de viande.
J’en mange et je l’apprécie mais j’en cuisine rarement, et mon choix se porte plus naturellement sur la carte des poissons quand je suis au restaurant.
Aussi, quand je me surprends à saliver sur le steak grillé d’un collègue à la cantine, j’en conclus que mon corps m’envoie un message on ne peut plus clair : il est temps de refaire tes stocks de protéines, fer et autres acides aminés !

Blague à part, cette envie soudaine de viande s’apparente à ce qu’on appelle un appétit spécifique qui peut émerger suite à la manifestation d’un besoin physiologique, lui-même lié à une carence nutritionnelle (des raisons psychologiques peuvent également interférer évidemment). Lorsque certains nutriments viennent à manquer, notre corps est capable de nous aiguiller précisément sur ce qu’il faudrait manger (quels aliments, dans quelle quantité…) pour satisfaire nos besoins physiologiques.

Pour que ces messages soient entendus, il nous faut écouter nos sensations alimentaires, et nous fier à l’ordinateur interne ultra sophistiqué et précis que nous possédons tous. Pas toujours facile, surtout quand l’envie de manger est refoulée car elle concerne un aliment que l’on s’interdit. Mais nous avons tous en nous cette capacité, ou plutôt nous l’avions tous à notre naissance et dans notre plus tendre enfance.

Bombardés de messages diététiques contradictoires, il est souvent difficile de rester centré sur ses propres sensations et d’accepter de les écouter. C’est pourtant la clé de la sérénité… et du plaisir !