Les dérives de la Food Tech - Cuisine Thérapie

Les dérives de la Food Tech

Réflexions culinaires

La Food Tech, pour faire simple, c’est l’ensemble des évolutions technologiques dans le domaine de l’alimentation au sens large. Cela concerne aussi bien l’agriculture, la restauration, la livraison que les gadgets technologiques, et notamment tout ce qu’il est convenu d’appeler le « quantified self » ou le soi quantifié, à savoir la possibilité qui nous est désormais offerte de mesurer, analyser et partager tout un tas de données sur notre propre corps.

En vrac, ce sont des « innovations » aussi variées que les tables tactiles, les assiettes et autres fourchettes connectées qui disent quand on a trop mangé, les scanners de poche pour savoir de quoi sont faits les aliments, les compteurs de calories (même Google serait aujourd’hui en mesure de calculer le nombre de calories sur la base de simples photos). Sans compter Pizza Hut qui a la volonté de décrypter notre inconscient ou encore l’animation en 3D estampillée « Le petit chef » pour rendre l’attente au restaurant moins ennuyeuse

Au-delà de l’aspect gadgets dont l’utilité est loin d’être avérée, ces innovations Food Tech me paraissent dangereuses à plusieurs niveaux.

D’abord, elles conduisent à s’éloigner de ses sensations corporelles. A quoi bon se demander de quoi on a envie puisque des outils nous disent précisément ce qu’il faut manger et quand s’arrêter. Cette impression de facilité et de confort, jouxtée au sentiment de bonne conscience (la sensation de manger toujours sainement) s’accompagne d’une perte de son libre arbitre et de son autonomie et développe la tendance à se conformer à des allégations santé sans s’interroger sur ses besoins propres. A la clé, la perte de vue de ses sensations corporelles et de sa capacité à se réguler naturellement en matière de comportement alimentaire.

Ensuite parce que ces innovations entretiennent l’esprit de compétition et la pression de résultat. Nos vies professionnelles sont déjà pétries d’objectifs de performance, et voilà que l’alimentation devient de plus en plus un terrain où les données sont calculées, analysées, décortiquées et in fine jugées et comparées. Il y aura bientôt ceux qui mangent bien (sainement, conformément aux injonctions de santé) et les autres. L’effet de la pression du groupe peut être désastreux en termes de stress auto-infligé, sans compter la stigmatisation de ceux qui osent faire différemment.

Enfin, ces innovations Food Tech éloignent  du plaisir tout simple de manger et de partager un repas. Exit la gourmandise, les dégustations avec les 5 sens et la convivialité lorsque chacun est centré sur ses résultats spécifiques et sur l’obéissance (l’asservissement ?) aux outils technologiques. Manger pourrait dès lors devenir un acte purement mécanique, dénué de toutes interactions avec les autres et focalisé sur le besoin (biologique) de se nourrir.

Vous l’aurez compris, je suis assez sceptique sur la Food Tech. Elle a sans doute aussi des vertus (mais elles ne me sautent pas aux yeux) et elle invite selon moi à manger avec sa tête. Versus écouter ses envies et sensations corporelles, savourer avec gourmandise  le plaisir de manger et se nourrir de convivialité et de partage. Et vous, que pensez-vous de ces innovations Food ? Vous suivez cela avec intérêt, enthousiasme, scepticisme ?

 

 

Interroger sa relation à la cuisine pour mieux se connaître ?

Cuisiner, un acte banal ? Peut-être mais aussi une occasion de mieux se connaître !