Veille food - Actualités Food - Ups and Downs

Grain de sel #67

Grain de sel

Ups

  • Enfin des explications claires sur la saveur Umami, cette mystérieuse  5ème saveur (en plus de l’acide, du sucré, du salé et de l’amer) très présente dans la cuisine nippone, mais aussi dans les petits plats mijotés, les champignons, les poissons marinés, les aliments fermentés…. Il s’agit plutôt d’une saveur de fond et d’un puissant exhausteur de goût. L’umami se caractérise par sa profondeur et sa longueur en bouche, mais aussi par sa rondeur. Il est discret mais bien présent, tapissant toute la langue et laissant une sensation durable.
  • Une lecture vivifiante que celle de cet article qui brosse le tableau des nouvelles initiatives en faveur des circuits courts, et fait état du triomphe de la cuisine paysanne, du champ jusqu’à l’assiette ! Entre multiplication des AMAP (ces Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne, qui lient des contrats solidaires entre consommateurs et producteurs), possibilités pour les chefs de court-circuiter Rungis (via un potager personnalisé dans l’Essonne ou un travail en direct avec des petits producteurs), une lutte contre le gaspillage en cuisine et le développement de la biodiversité, les idées ne manquent pas pour une cuisine saine, goûteuse et éco-responsable !
  • Un article décomplexant de Jacky Durand sur le grignotage, “ces petits en-cas intimes qui sont des caresses pour les papilles, des quant-à-moi gourmands qui requinquent l’humeur et des lichettes de bonheur à toute heure”. Dans un autre article, il disait même que “le grignotage et le picorement sont à la gourmandise ce que les préliminaires sont à ce que vous savez.” Je suis fan !
  • Un article intéressant qui met en lumière un trouble manifestement fréquent et dont on parle pourtant peu : la misophonie, le fait d’être littéralement torturé par certains sons, en particulier des bruits de mastication ou de respiration. Pour les personnes misophones, ces bruits spécifiques les poussent à bout et leur donnent envie de déguerpir. D’autres s’adaptent en portant en permanence des boules Quiès. Bref, que des solutions peu réjouissantes pour une maladie réellement handicapante 🙁

Downs

  • Salades rationnées en Angleterre, flambée du prix des courgettes : les inhabituelles intempéries hivernales dans le sud-est de l’Espagne, potager de l’Europe, ont fait chuter la production, perturbant l’approvisionnement du reste du continent. C’est le monde à l’envers : les légumes sont même rationnés dans certains magasins ! L’Europe en manque de légumes, c’est aussi l’occasion de se rappeler qu’il y a des saisons ET que le contenu de notre assiette reste dépendant de la météo.
  • Hervé This, physicien et chimiste français, co-inventeur de la cuisine moléculaire, explique en vidéo ce qu’est la cuisine note à note : “Comme la musique de synthèse, la cuisine note à note part de composés purs tels que l’eau, la cellulose, les pectines, les sucres ou les acides aminés pour construire un aliment. Ainsi, celui-ci peut être construit sur mesure et il devient possible d’imaginer des aliments qui n’existent pas dans la nature”. Je comprends l’enjeu (nourrir 10 milliards d’individus en 2050) mais je ne suis toujours pas tentée 🙁
  • La grande gastronomie a pris, depuis peu, le virage de la livraison à domicile. Il est désormais possible de déguster des plats de chefs (y compris étoilés) chez soi. A noter, ces plats ne sont pas forcément moins chers qu’au restaurant et sont livrés dans des contenants en plastique avec des suggestions de décoration. Si je comprends l’idée d’élargir sa clientèle et de développer la notoriété du chef, je regrette quand même que cela rime avec une absence de contact client et l’inexistence de l’expérience du restaurant….Sans parler du fait que cela cible une catégorie de population très aisée.

 

La photo, c’est un flan pâtissier aux abricots dégusté chez Léonie. Parce que, parfois quand les semaines sont un peu folles, je n’ai envie que de cet aliment doudou en guise de repas du soir. Et surtout qu’il est divinement bon et réconfortant !

 

 

 

 

Interroger sa relation à la cuisine pour mieux se connaître ?

Cuisiner, un acte banal ? Peut-être mais aussi une occasion de mieux se connaître !