Ups and Downs - Veille food - Actualité Food

Grain de sel #66

Grain de sel

Ups

  • Un point de vue réjouissant et décomplexant sur la gourmandise, celui du chroniqueur de France Inter Thibaut de Saint-Maurice. Il propose de repenser la gourmandise et de “la voir non pas comme un excès, mais d’abord comme un choix. Le choix du goût contre celui de la quantité.” La gourmandise n’a rien de péché capital, ni d’un vilain défaut. C’est même la possibilité de savourer (et non pas de gloutonner) les aliments qui nous font réellement plaisir. Ouf !
  • Un article intéressant qui distingue ceux qui suivent la recette et les autres.  “Le premier n’ose pas s’éloigner de la norme, c’est l’élève obéissant qui recopie et sera fier d’avoir réussi son plat. Le second ose inventer, se libérer de la recette en assumant de la rater. » selon Isabelle Filliozat. Bref, une histoire de permission à soi-même ! Inutile de dire que je suis d’accord, je pense ?

Downs

  • Encore un article qui me hérisse sur la cuisine connectée, censée permettre de “s’alimenter de manière plus saine, arrêter de gaspiller, apprendre à cuisiner ou gagner du temps”. Cette cuisine serait plus divertissante et moins contraignante, grâce notamment à l’automatisation de certaines parties ou encore des suggestions de menus en fonction du contenu du réfrigérateur. C’est surtout à mon avis une cuisine qui nous éloignera de nos sensations corporelles et de notre créativité 🙁
  • Les Californiens sont férus de produits healthy, toujours plus originaux. Leur dernier coup de cœur ? Le lait de dromadaire, originaire d’Afrique du Nord. Ce lait, présenté comme une nouvelle tendance food pour hipsters, coûte quand même la bagatelle de 13 euros la bouteille ! Y’en a qui ne reculent devant rien !
  • Une enquête édifiante qui montre à quel point les enfants sont obèses de pub et représentent un cœur de cible du marketing d’aliments qualifiés de “nocifs pour leur santé”. Les incitations à consommer des aliments sont telles que l’OMS voudrait interdire tout marketing ciblant les enfants ! Quelle bonne idée !

 

La photo, c’est le souvenir d’un apéritif en bonne compagnie dégusté à Montpellier à l’occasion d’un congrès la semaine dernière. Parfois, le bonheur, c’est simple comme du Banyuls et des moules à l’escabèche !

Interroger sa relation à la cuisine pour mieux se connaître ?

Cuisiner, un acte banal ? Peut-être mais aussi une occasion de mieux se connaître !