Grain de sel #5 - Cuisine Thérapie

Grain de sel #5

Grain de sel

Mes coups de cœur et coups de calgon de la semaine en matière de veille Food :

Ups

  • Une initiative extra avec La Ruche qui dit oui qui lance l’opération “Tous à poêle au bureau“, la semaine de la cuisine en entreprise du 7 au 11 décembre. Objectif : inciter les salariés à cuisiner ensemble lors de leur pause déjeuner pour partager bons petits plats et convivialité. Et pour l’occasion, des idées de plats à moins de 2€ sont mêmes suggérées sur leur site. Dommage que je ne sois plus salariée !
  • Des films d’animation culinaire fascinants de créativité et qui donneraient presque faim. Mention spéciale aux bruitages (on se croirait dans une cuisine) et au scénario de la blanquette de veau et du pizzaiolo.
  • Bravo à cette maman qui a trouvé le truc ultime  pour que ses enfants finissent leurs assiettes. Bon cela dit, ce n’est pas donné à tout le monde d’être artiste culinaire !
  • Un article intéressant sur la neurogastronomie, qui se propose de modifier l’expérience gustative en prenant en compte la vue, l’ouïe ou le son. Des rappels évidents quand on s’intéresse à la dégustation en pleine conscience ! Cet article m’a surtout permis de découvrir l’existence du restaurant Ultraviolet à Shanghai , un restaurant gastronomique qui propose une expérience multi-sensorielle aux convives…. furieusement envie d’essayer tiens !
  • Faut-il vraiment retourner au bistrot ? Une vraie question, débattue par différents acteurs de la gastronomie car oui, “la table française est le reflet de notre société, un lieu d’échange culturel, économique, social et surtout, humain”

 

Downs

  • De plus en plus d’articles sur l’arrivée des objets connectés, vous savez ces capteurs et bracelets qui vont permettre de comptabiliser les calories, d’adapter les apports en compléments alimentaires, sans compter la bouilloire contrôlable à distance et la  poêle 2.0 ! Ce n’est plus de la science-fiction, et personnellement, je trouve ça effrayant. Lire à ce sujet l’excellent article sur les impacts potentiels de ces technologies sur notre santé. A force de vouloir monitorer tous les paramètres et d’être dans l’utopie d’une santé parfaite et contrôlable, on va finir par se déconnecter complètement de ce qu’on ressent, pour faire confiance à ce que ces capteurs connectés pensent pour nous. On n’est pas prêt d’arrêter de manger avec la tête !
  • Le constat (auquel je souscris) de l’Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) : on oscille aujourd’hui entre une vision sacralisée (et ultra positivée) de notre alimentation et une vision anxiogène encouragée par la cacophonie alimentaire. Et c’est à mon sens pareil en cuisine, on navigue entre ces 2 extrêmes. A quand une vision apaisée de l’alimentation ?
  • Cette vidéo qui m’a fait saliver tout en me mettant mal à l’aise : elle met en scène deux enfants de 5 ans,” critiques gastronomiques” dans un restaurant haut de gamme de Hong Kong. Complètement d’accord avec l’importance de l’éducation sensorielle auprès des enfants, mais je trouve dommage que ceux-ci ne soient pas guidés dans leur dégustation par des adultes, ne serait-ce que pour qu’ils sachent ce qu’ils mangent et qu’ils soient conscients du travail que la préparation de ces plats représente. Là, ça fait un peu enfants-rois, non ?

 

La photo, c’est une planche de fromages que je me suis confectionnée pour moi toute seule (bon d’accord, la bouteille de vin était entamée, pas sûre que j’aurais osé en déboucher une sinon), avec des produits de Terra Gourma et l’excellent pain de Panadero Clandestino.  Parce qu’on a le droit de se soigner avec des bonnes choses !

 

Interroger sa relation à la cuisine pour mieux se connaître ?

Cuisiner, un acte banal ? Peut-être mais aussi une occasion de mieux se connaître !