Grain de sel #3 - Cuisine Thérapie

Grain de sel #3

Grain de sel

Difficile de rédiger un article Grain de sel après les événements tragiques de vendredi dernier, mais j’imagine que se raccrocher à des routines fait aussi partie du processus “la vie continue”. Prenez soin de vous.

Ups

  • Encore une vidéo drôlement bien vue réalisée par Ikea avec la devise “l’important c’est de recevoir”, à laquelle j’adhère évidemment à 200% ! Stop aux complexes et aux angoisses en cuisine, ce qui compte c’est encore et toujours de partager des bons moments avec les gens qu’on invite chez soi !
  • Il paraît que la cuisine bourgeoise fait son come-back : longtemps perçue comme “ringarde, moche, grasse et indigeste”, cette cuisine fait la part belle à la blanquette, au pot-au-feu et autres plats mijotés.  Au-delà, c’est toute une philosophie qui consiste à “nourrir plutôt qu’éblouir et cuisiner plutôt qu’inventer”… Inutile de préciser que je suis en phase ?!
  • Si vous en avez marre des livres de recettes, voici une idée originale : la cuisine en BD ou comment pénétrer la réalité de l’univers gastronomique et des cuisiniers en quelques planches savoureuses !
  • Un article vraiment intéressant qui bat en brèche certaines idées reçues sur les circuits courts… J’ai hésité à en faire un Down parce que c’est un peu triste quand même, mais ça a le mérite de rappeler que tout n’est pas blanc ou noir !

Downs

  • On en parle de plus en plus, il paraît que c’est la nourriture de l’avenir (écologique, facile à produire, bourrée de protéines et j’en passe !). Je ne sais pas pour vous, mais moi désolée, je ne suis toujours pas prête à manger des insectes, même cachés dans des pâtes !
  • Les députés viennent de voter une augmentation de la taxe “nutritionnelle” sur les boissons sucrées ou édulcorées. Pas sûre que stigmatiser un produit ait un effet quelconque sur l’obésité, il vaudrait mieux miser sur la pédagogie et l’éducation sensorielle !
  • Une nouvelle formule de séjours gastronomiques : partir en vacances avec un chef (et Jet Tours en Colombie, en Israël ou en Italie avec des chefs originaires du cru et véritables stars en France). L’idée est sans doute attirante pour beaucoup de food-addicts (mais je vous préviens, c’est cher !), toujours est-il que je préfère quand même découvrir la gastronomie locale dans les gargotes, les marchés improbables et chez l’habitant.

PS : la photo, c’est un cheesecake au cassis chez Acide, un salon de thé raffiné (vous avez vu cette jolie vaisselle ?) et délicieux du 17ème !

 

Interroger sa relation à la cuisine pour mieux se connaître ?

Cuisiner, un acte banal ? Peut-être mais aussi une occasion de mieux se connaître !