Un week-end gastronomique à Paris ? - Cuisine Thérapie

Un week-end gastronomique à Paris ?

Emotions gourmandes

Profiter de l’été à Paris, c’est aussi (surtout ?) se faire plaisir sur le plan des papilles…. Et pour cela, pas besoin de dépenser des fortunes ou d’anticiper très à l’avance… rien de mieux que de se laisser guider par ses envies et son instinct, la capitale regorge de bons plans et de surprises. C’est parti pour une palanquée de dégustations !

YamTcha d’abord, cela faisait longtemps que je voulais tester leurs brioches vapeur à la farine de blé (les fameuses bao) farcies de légumes, de crevettes ou de poulet. La bonne nouvelle, c’est que celles-ci peuvent désormais se déguster à l’intérieur d’une boutique (proche de Châtelet) et dans un cadre magnifique de bois naturel, pierres apparentes et petite vaisselle typique et raffinée des salons de thé asiatiques. Une mention spéciale à la brioche farcie de Stilton et cerise amarena et à celle au comté et oignons doux. Ça donne vraiment envie de tester le restaurant gastronomique éponyme où officie la chef Adeline Grattard, même si les prix n’ont évidemment rien à voir (16 € les 5 brioches savoureuses dans la boutique, rien à dire… sauf peut-être le thé servi dans des verres en plastique, ce qui ne va pas du tout avec le cadre, quelle tristesse !).

– Quelques kilomètres plus loin, l’envie de marcher et surtout de faire découvrir un endroit atypique m’a fait clôturer la soirée par la dégustation d’un cocktail dans le bar de l’Hôtel. Cet hôtel de poche (il ne compte que 20 chambres, toutes 5 étoiles) est situé dans le quartier de St Germain et fut la dernière résidence d’Oscar Wilde. Il est lui-aussi doté d’un restaurant gastronomique que je n’ai pas eu le bonheur de tester. En revanche, je confirme que le Bar est cosy et glamour à souhait et sert des cocktails délicieux pour un prix vraiment honnête, compte tenu du cadre (compter une quinzaine d’euros).

– Le lendemain, une balade dans le quartier Monge m’a permis de découvrir complètement par hasard le restaurant Le jardin des pâtes qui propose, comme son nom l’indique, des pâtes faites maison à la farine biologique, de toutes sortes (au riz, à l’orge, au seigle, à la châtaigne) et à toutes les sauces. On a testé les pâtes de seigle au jambon à l’os, oignons, courgettes, vin blanc, crème fraîche et comté râpé ainsi que les pâtes de froment à la mozzarella, oignons, ail, courgettes, aubergines et tomates. Pas mal, sans être inoubliable… mais l’occasion d’une jolie balade à pied.

– Et le jour suivant, après un passage par la Maison Plisson, cette épicerie haut de gamme dont tout le monde parle (et qui m’a un peu déçue, je crois que je m’attendais à plus grand et à un choix plus diversifié encore) et la dégustation d’une toujours savoureuse assiette fallafel dans le Marais, j’ai découvert, là encore par hasard, un glacier Meilleur Ouvrier de France. Emmanuel Ryon a en effet ouvert Une glace à Paris dans le Marais. Un festival de saveurs, toute plus réussies les unes que les autres, avec notamment la dégustation de vanille fumée et de pistache fleur d’oranger. Un régal.

– Oserai-je l’avouer, tout cela, c’est sans compter les assiettes homemade dégustées à la maison où pâté de sanglier et fromages se sont disputés la vedette avec des tagliatelles de courgette crue aux épices (sur une idée honteusement “piquée” à un client Papilles Créatives, avec ras el hanout, cannelle, 4 épices, gingembre, huile d’olive et balsamique et jus de citron), des salades d’avocat arrosées d’huile de noix, du pain abricot et noisettes d’Emile et Jules et du vin portugais. Si ce n’est pas le bonheur, ça y ressemble, j’en ai encore les papilles qui frétillent en tout cas !

Interroger sa relation à la cuisine pour mieux se connaître ?

Cuisiner, un acte banal ? Peut-être mais aussi une occasion de mieux se connaître !