thé ou café - préférences alimentaires - cuisine thérapie

Thé ou café ?

Emotions gourmandes

Loin du questionnaire de Proust (qui fait quasiment office de test de personnalité), j’ai eu envie de continuer l’exploration des différences alimentaires qui peuvent exister entre deux personnes. Il me semble que les questions suivantes, toutes simples et anodines en apparence, en disent long sur nos préférences alimentaires bien sûr, mais aussi sans doute sur nos styles de vie et nos façons d’être avec les autres. Evidemment, il ne s’agit pas de cataloguer les gens et de discriminer en fonction des similarités qu’ils auraient ou non avec nous ! Mais je fais le pari que si vous faites le test avec humour, spontanéité et légèreté, vous en apprendrez tout autant sur vous que sur l’autre !

Vous êtes prêts ? Alors c’est parti !

Vous êtes plutôt :

  • thé ou café ?
  • fromage ou dessert ?
  • avec ou sans recette ?
  • beurre ou huile d’olive ? (ou crème ?)
  • avec ou sans épices (ou herbes aromatiques ?)
  • vin blanc ou vin rouge ? (ou rosé ?)
  • pique-nique ou restaurant ?
  • cuisine française ou exotique ?
  • service à table ou buffet ?
  • tapas ou pizza ?
  • fait maison ou traiteur ? (ou surgelé ?)
  • petit-déjeuner ou brunch ?
  • plat simple ou sophistiqué ?
  • à l’arrache ou mijoté ?
  • glace ou sorbet ?
  • cocktail ou champagne ?
  • confiture ou miel ?
  • végétarien ou barbecue ?
  • goûter ou grignotage ?
  • apéro ou digestif ?
  • ketchup ou mayonnaise ?
  • chocolat noir ou chocolat au lait ? (ou blanc ?)
  • avec ou sans les doigts ?
  • vivre pour manger ou manger pour vivre ?
  • ……..

Incompatibilité alimentaire ?

Encore une fois, il ne s’agit pas de comptabiliser les points de divergence ou de convergence et d’en déduire si l’on est compatible avec l’autre mangeur. Même si « on n’est ami que quand on a mangé ensemble », il est tout à fait possible (et heureusement d’ailleurs !)  de bien s’entendre avec quelqu’un qui est très différent de nous sur le plan alimentaire. N’en déplaisent aux sites de rencontre qui se sont spécialisés sur la mise en relation de personnes adeptes du régime sans gluten par exemple.

Ce qui compte au final, c’est surtout :

  • d’avoir envie de découvrir les préférences alimentaires de l’autre, de trouver quelques points de concordance et d’être en capacité de s’ajuster à son rythme et ses envies. Somme toute de faire preuve de tolérance et d’esprit d’ouverture !
  • partager des valeurs avec l’autre autour de la nourriture : le côté bon vivant et la capacité à accueillir les petits plaisirs de la vie, le fait de prendre le temps pour apprécier et déguster, le respect des goûts de chacun, l’importance donnée aux sensations versus l’appréhension purement cérébrale ou utilitaire de la nourriture…sont à mon sens tout aussi importants qu’avoir les mêmes habitudes alimentaires que l’autre !
  • savoir ce qui ne nous convient pas dans ces valeurs : à titre personnel, je n’arrive pas à comprendre ceux qui cherchent à se libérer de l’obligation de manger, car ils y voient un gain de temps, d’argent et d’énergie (notamment via les produits Soylent). Je sais aujourd’hui que je ne pourrais pas être amie avec quelqu’un qui réduit l’alimentation à une équation et n’éprouve jamais de plaisir à manger. Au-delà de la nourriture, c’est toute une philosophie de vie à laquelle je ne peux pas souscrire !

Et vous, qu’avez-vous appris sur vous avec ce test des préférences alimentaires ? N’hésitez pas à faire part de vos découvertes dans les commentaires !

Interroger sa relation à la cuisine pour mieux se connaître ?

Cuisiner, un acte banal ? Peut-être mais aussi une occasion de mieux se connaître !